Kate White, la nouvelle Mary Higgins Clarck ?

18/06/2010

J’ai trouvé une grande ressemblance avec les romans de Mary Higgins Clarck que je dévorais il y a quelques années, notamment dans la structure : une héroïne, seule face à une histoire trop grande pour elle et qui la dépasse, le manque d’alliés, les portes qui se referment sur elle, etc. mais je ne peux guère en dire plus sans dévoiler la fin ( dont on se doute quand même, malgré tout ). L’héroïne est attachante, on la suit dans ses tribulations et on se demande vite qui peut bien la persécuter de la sorte, on soupçonne l’ex mari, les collègues, et même les amis... Le climat est assez oppressant, notamment les scènes nocturnes, et on souffle avec l’héroïne quand une accalmie se profile ( en général, elles sont de courte durée, comme dans tout polar qui se respecte ). J’ai littéralement dévoré ce roman, même si certaines ficelles sont un peu grosses ( comme chez Mary Higgins Clarck, d’ailleurs à qui elle emprunte aussi le goût qu’ont les héroïnes pour les apéros crackers au fromage et verre de vin ), et je pense qu’une adaptation au ciné serait possible car tous les ingrédients sont réunis pour un bon thriller, à condition de trouver un bon scénariste et un bon producteur.


Sur http://deslivresetmoi.over-blog.fr/

|

|

|